• Dephyto

Enquête DEPHYTO : "Impacts du cuivre en viticulture sur la biodiversité"

Utilisé en viticulture, le cuivre a longtemps été considéré comme clé dans une stratégie éco-responsable. Mais en 2021 l’Europe a demandé au secteur de réduire son utilisation. Voilà pourquoi notre équipe scientifique a enquêté sur l’impact du cuivre en viticulture sur la santé et sur la biodiversité, en s’appuyant sur la solution web DEPHYTO. Voici nos conclusions!

 

1. Différentes formes de cuivre pour différents impacts?


Dans le cadre du lancement de la plateforme DEPHYTO reposant sur les indicateurs de risque du logiciel EToPhy développés par le laboratoire de recherche CIHEAM-IAMM, notre équipe de scientifiques agronomes en a profité pour analyser les impacts du cuivre utilisé en viticulture sur la santé de l’opérateur et sur l’environnement.


Nous nous sommes en effet demandé si les principales formes de cuivre utilisées en viticulture, essentiellement contre le mildiou et la nécrose bactérienne, présentaient les mêmes risques pour l’applicateur et pour l’environnement.



Impact du cuivre en viticulture : quelle

solution digitale pour mener une analyse pertinente et rapide?



Pour mener à bien son étude, notre équipe s’est appuyée sur la plateforme web DEPHYTO créée par Ecoclimasol, société scientifique et technologique.


Cette solution digitale a pour clients des cabinets de conseil en agriculture, en viticulture et par des caves de renom. Facile à utiliser, elle permet aux conseillers, viticulteurs, formateurs un accès rapide et pratique aux indicateurs de risque créés par le laboratoire CIHEAM-IAMM.

  • DEPHYTO permet d’analyser le degré de toxicité des pesticides agricoles sur la santé de l’applicateur et sur l'environnement et de trouver des alternatives moins nocives.

  • Elle facilite la prise de décision, dans un contexte de viticulture éco-responsable.

Utilisée dans le cadre de cette enquête, DEPHYTO aide tout simplement à mieux connaître les caractéristiques toxicologiques et éco-toxicologiques des formes de cuivre et ainsi à mieux accompagner les viticulteurs dans leur prise de décision sur les produits les mieux adaptés à leur situation.



2. Spécificités du règlement européen sur le cuivre


La toxicité du cuivre touche non seulement les micro-organismes du sol mais aussi les organismes aquatiques.

Actuellement les traitements à base de cuivre sont définis à partir d’une stratégie économe en cuivre. Depuis 2018, l’utilisation de cuivre métal en agriculture et en agriculture biologique est limitée à un maximum de 28 kg/ha sur 7 ans.


Selon le règlement d'exécution 2018/1981 de la Commission Européenne du 13 décembre 2018 :

  • Les composés du cuivre ont été approuvés pour 7 ans à compter du 1er janvier 2019 en tant que substance candidate à la substitution.

  • Seules les utilisations entraînant une application totale maximale de 28 kg de cuivre par hectare sur une période de sept ans sont autorisées.

  • Les États membres peuvent décider de fixer un taux d'application maximal annuel ne dépassant pas 4 kg/ha de cuivre.


Source: règlement (UE) 2018/1981


3. Prise de conscience générale de la part des États membres


A l’heure de délivrer des autorisations de mise sur le marché, il est demandé aux Etats membres d’attirer l’attention sur les points suivants:

  • la sécurité des applicateurs, des travailleurs et de toute personne présente,

  • la protection des eaux et des organismes non ciblés,

  • la quantité de substance active appliquée.


En effet, les produits à teneur en cuivre peuvent générer des risques d’absorption par la peau. Dans ce cadre, les EPI ou Équipements de Protection Individuelle deviennent obligatoires pour les travaux à la vigne une fois celle-ci traitée au cuivre.




Risques liés à l’utilisation du cuivre en viticulture: ce que vous savez déjà!


Les risques de l'utilisation du cuivre en viticulture passent par deux axes:


Axe 1: la phytotoxicité foliaire et la phytotoxcité racinaire

La phytotoxicité foliaire du cuivre se caractérise par:

  • une baisse de la vigueur de la plante,

  • des ponctuations noires aux points d’impact sur les feuilles, les grappes et les rameaux,

  • la fragilisation des bourgeons, jeunes feuilles et fleurs.

La phytotoxicité racinaire est marquée par:

  • un système racinaire extrêmement réduit,

  • une mortalité élevée des plants lors des plantations.


Axe 2: les risques pour l’environnement

Métal lourd non biodégradable, le cuivre s’accumule sur les premières couches du sol (10cm).

  • il est toxique au milieu aquatique

  • 99% se fixe sur la matière organique du sol puis sur les oxydes de fer et de manganèse

  • S' il existe une forte teneur en cuivre, il peut intégrer la structure des feuillets d’argile.

  • Si les sols sont acides, le cuivre devient alors plus soluble et donc plus toxique pour les racines.

Pour plus d’information: Institut francais de la vigne et du vin


4. Analyse DEPHYTO sur l’impact du cuivre sur la santé et la biodiversité: résultats de notre enquête


Lors de l’analyse que nous avons menée, nous nous sommes concentrés sur les trois principales formes de cuivre:

  • l’hydroxyde,

  • le sulfate

  • et l’oxyde de cuivre.

Les impacts sur l’applicateur et l’environnement ont été évalués via l’utilisation des indicateurs de risque IRSA et IRTE que vous retrouverez dans la plateforme DEPHYTO.

  • l’IRSA, Indicateur de Risque sur la Santé de l’applicateur tient compte de la toxicité aiguë et de la toxicité chronique des matières actives composant les produits;

  • l’IRTE, Indicateur de Risque de Toxicité sur l’Environnement tient compte de l’impact des matières actives sur trois différents compartiments environnementaux (aquatique, terrestre et aérien).

Finalement, notre analyse a montré que l’impact du cuivre affecte en général modérément l’applicateur et plus fortement les milieux aquatiques, terrestres et aériens. Les différentes formes de cuivre utilisées en viticulture ont des impacts qui dépendent de :

  1. la quantité apportée,

  2. la formulation du produit,

  3. ou encore du type de cuivre utilisé.

En effet, certaines formes présentent des risques sur la santé et sur les compartiments environnementaux plus forts que d’autres.


Remarque: Les résultats complets de notre enquête ont été diffusés lors du webinaire DEPHYTO Spécial Viticulture du 24 juin dernier.



Vous souhaitez en savoir plus sur l’impact de l’utilisation du cuivre en viticulture sur la santé humaine et la biodiversité?



99 vues0 commentaire